,

De Premiere à Resolve sans se frapper la tête ?

 

Passer de Adobe Premiere à Davinci Resolve est-ce possible sans avoir envie de se frapper la tête dans le mur ? C’est l’expérience que j’ai mené dans la dernière année.

 

J’ai décidé d’en faire l’essai il y a un an parce que, même avec un installation fraîche et un ordinateur puissant et stable, Premiere me fermais au visage plusieurs fois par jour.

 

Les différents logiciels

 

La principale différence que j’ai constaté dès les premiers jours est que Resolve contient tous les outils dont j’ai besoin, dans le même logiciel. Avec Premiere, je devais jongler entre un logiciel pour l’audio, un autre pour l’édition vidéo (Premiere) et un pour les effets spéciaux (Adobe After Effects). Dans Resolve, il y a un espace de travail pour chacune de ses tâches et il est facile de s’y rendre en un clic.

 

Les “plugins et templates”

 

Je n’utiliserais pas vraiment beaucoup de “templates” ou d’effets externes à Premiere mais les fois où j’y ai eu recours, il était très facile d’en trouver, de les installer et de les modifier. L’offre de la communauté du côté de Resolve me paraissait un peu plus limitée. Même si ça pourrait sembler être un côté négatif, ça m’a forcé à apprendre certains outils en profondeur et à fouiller dans la documentation pour arriver à mes fins. Avec la pandémie et tout ce qui était au ralenti, c’était un bon moment pour découvrir tout ça. Dans une période ou les montages s’enchaînent et les échéanciers sont courts, ca aurait pu vite devenir frustrant par contre.

 

Les raccourcis

 

Pour ce qui est des raccourcis, Resolve m’offrais le choix d’utiliser les raccourcis que je connaissais déjà. Ce qui a nettement facilité la transition. J’ai quand même tranquillement abandonné les raccourcis de Premiere pour m’habituer à ceux natifs.

 

La colorisation

 

Les panneaux et outils de colorisation sont, à mes yeux, nettement supérieurs dans Resolve. Comme je travaille principalement avec une caméra BlackMagic, le traitement des fichiers RAW y est aussi un charme. Je parlais dans un paragraphe précédent du besoin de se promener entre logiciels avec Premiere. Eh bien, plusieurs professionnels qui le préfère, on quand même un “workflow” qui fait l’utilisation de Resolve comme logiciel de traitement de couleur.

 

 

Finalement, la raison pour laquelle j’ai quitté Premiere est résolue dans Resolve qui est à la fois, très stable et hyper rapide. Sans oublier que je sauve aussi tout près de 50$ par mois en délaissant les produits d’Adobe. Mon verdict final est que ce fut une transition assez facile et que je ne regrette pas du tout.

Pour ceux qui aimerais essayer Davinci Resolve, on le retrouve ici : Davinci Resolve

Partagez

Facebook
Twitter
LinkedIn

Pourrais aussi vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *